Archive

Posts Tagged ‘Sephora’

Insolite et déjà culte, le bain dissolvant Sephora

…ou comment Sephora change notre façon d’enlever le vernis.

Féminines jusqu’au bout des ongles…mais quand vient le moment d’enlever ce magnifique vernis rouge flamboyant prêt à s’écailler (oui car on ne garde pas un vernis écaillé), armée de notre flacon de dissolvant et de notre coton, on est parfois bien impuissantes! Car le vernis est tenace et il reste toujours quelques traces disgracieuses à enlever.

Sephora a la solution ! L’enseigne a innové et nous propose son bain dissolvant express. En plus d’enlever radicalement tout vernis, il propose surtout un nouveau geste de manucure. Il suffit tout simplement d’introduire le doigt dans le pot dont l’intérieur est rempli d’une mousse imbibée de dissolvant. C’est magique… si votre laque est un peu réticente, il suffit de frotter légèrement l’ongle contre la mousse et vous en viendrez à bout!

Finalement on ne sait pas ce qu’on préfère, se faire les ongles ou les « défaire » !

Avec cette innovation parmi tant d’autre, Sephora prouve que la Marque De Distributeur comme suiveuse de grandes marques n’est plus.  Désormais les les enseignes sont force de proposition sur le marché alors qu’auparavant elles se contentaient de lancer des copies de produits existants ,à prix réduits.

La beauté ne connaît pas la crise !

13 février 2012 2 commentaires

Alors que les prix flambent et que la consommation des ménages est en berne, il y a un secteur qui fait office de village gaulois et qui résiste à la morosité ambiante : c’est le luxe et la beauté ! +3% en France en 2011 ! Petit point sur le sujet.

Pour le retour de Cosmetosphere en 2012, ces chiffres tombent à pic ! Je savais bien que j’étais dans le vif du sujet avec un blog cosmeto…

D’après les chiffres révélés par NPD (panel du marché beauté en distribution sélective, la parfumerie), nous aurions dépensé 2,86 milliards d’euros en 2011, pour nous parfumer, nous maquiller et prendre soin de notre peau, versus 2,77 milliards en 2010. C’est en particulier le parfum qui pèse dans ces chiffres car il représente environ 2/3 du résultat réalisé sur le circuit sélectif, avec en star incontesté J’adore de Dior.

 

(Pour voir le film, cliquez sur l’image).

Cependant, on ne peut pas en déduire directement que le premier produit de beauté vendu est du parfum : en effet,  ces chiffres sont mesurés en parfumerie (où l’on achète principalement du parfum…alors que pour les soins et le maquillage la grande surface et la pharmacie représentent de sérieux concurrents) et un flacon de parfum est souvent bien plus cher qu’un produit de maquillage ou de soin.

Ces résultats sont également liés aux efforts réalisés par les grandes enseignes, entre autres Sephora leader du marché avec une performance de +34% en 2011 et Nocibé qui a relooké ses magasins. Pour nous faire revenir, les parfumeries développent leurs programmes de fidélité, des cours de maquillage ou encore proposent des éditions limitées.

La bonne santé de la beauté et du luxe se lie aussi sur les performances des entreprises du secteur. A titre d’exemple, LVMH a affiché un chiffre d’affaires de 23 milliards d’euros en hausse de 14% par rapport à 2010) en limitant l’effet crise grâce à son fort taux d’exportation (environ 90%) et à une qualité made in France, un savoir faire traditionnel qui fait recette en période difficile. Le numéro 1 mondial de la cosmétique, L’Oréal, affichait à fin septembre 2011 un chiffre d’affaires à 15 milliards d’euros en progression de plus de 5%.

Le passage de la crise se fait en travaillant son apparence : il semblerait que bien apprêtée et sûre de soi on traverse mieux les difficultés. Pas besoin d’un total look Vuitton pour ça : un parfum réconfortant, un tube de rouge à lèvres, un peu de vernis et une touche de blush et c’est parti !

Le e-commerce de la beauté est au top

2 novembre 2010 1 commentaire

La beauté en ligne se porte bien, avec une audience de +10% au second trimestre 2010 versus 2009 (source : Etude Médiamétrie/Netratings pour la Fevad). En tête des sites les plus visités, ce sont des sites marchands. Le Club des Créateurs de Beauté occupe la première place avec 2 millions de visiteurs s’étant rendus au moins une fois sur le site tous les mois entre Avril et Juin 2010. Le relooking récent du site semble payer… Yves Rocher suit de près avec 1,9 millions sur la même période. Derrière viennent les boutiques en lignes des grandes parfumeries : Sephora (1,5 million), Nocibé (713 000) et enfin Marionnaud (700 000).

Et cette tendance devrait progresser à l’approche de Noël…tellement pratique de commander en ligne, à condition de savoir ce que l’on veut ! Qui oserait par exemple offrir un parfum acheté en ligne sans l’avoir senti, juste d’après le design du flacon et la publicité aperçue dans les magazines ?!!!!!

Sephora, la formation au cœur de la stratégie

Sephora l’a bien compris, pour fidéliser ses clientes mais aussi ses employés il est important de former ses équipes. Dans un entretien avec le Figaro, Philippe Canonne, le DRH de l’enseigne fait le bilan des actions de formations sur les équipes de vente.

Au départ, l’enseigne est partie du constat que le rôle du vendeur est crucial en magasin. L’objectif a alors été de former tout le personnel présent en point de vente (3800 personnes en France réparties dans 280 magasins). Les conseillères (en particulier les nouvelles) mais aussi les chefs de rayon et directeurs de magasins sont concernés par la formation. Pour cela, la chaîne de parfumerie a créé la Sephora University, son école de vente maison. Philippe Canonne en tire un bilan très positif puisque 1800 personnes ont pu être formées en un an d’existence avec un impact sur le turnover : il se situe à moins de 20% de la masse salariale, soit un taux raisonnable pour le retail.

Pour aller plus loin, la parfumerie a créé plusieurs niveaux de formations et en particulier le « cercle des experts » qui s’adresse à des conseillères triées sur le volet. L’objectif est de constituer un réseau de conseillères expérimentées, entretenant leur passion et assurant aux clientes un conseil d’exception, critère de différenciation de Sephora. A l’issu des 7 jours de formation en présence de spécialistes tels qu’un dermatologue, une journaliste, une consultante sur la communication comportementale et une formatrice, les conseillères auront renforcé leur expertise dans la dermo-beauté et l’accompagnement des clients. Sur le terrain on les repère grâce à un badge.

Cinq promotions soit environ soixante de personnes ont déjà pu bénéficier de cette formation à travers toute la France.

Pour voir la vidéo de l’interview de Philippe Canonne, DRH de Sephora, sur le site du Figaro, c’est par

Catégories :Distribution Étiquettes : , ,

Bodyshop, automatic shop

Bodyshop se lance aux Etats-Unis dans la distribution automatique de ses produits en partenariat avec ZoomSystems leader mondial de ce type de solutions.

La now génération ne s’arrête plus. Elle veut obtenir ce qu’elle veut, tout de suite, quelque soit l’endroit. On pouvait déjà manger et boire quand on le voulait grâce aux distributeurs automatiques présents jusque sur les quais de métros.  On peut aussi –enfin si l’on habite aux US- assouvir une envie d’acheter une crème, ou un gel douche. Cela grâce au partenariat  que The Body Shop vient d’annoncer avec le leader mondial de la distribution automatique : ZoomSystems.

L’idée est d’apporter les produits de soins et de bains de la marque, composés d’ingrédients naturels,  dans des lieux accessibles et pratiques à travers les Etats-Unis. On pourra rencontrer ces distributeurs dans les aéroports, les centres commerciaux, mais aussi au sein d’enseignes de supermarchés.

En fait, les deux partenaires comptent sur les clients fidèles aux produits de beauté naturels, quelque peu mythiques de la marque, pour assoir leur succès, comme l’a évoqué Gower Smith, le PDG de ZoomSystems. Du côté de The Body Shop, Al Montalvo Directeur des Nouvelles ventes et chaînes émergentes  y voit une opportunité de répondre aux attentes de ces consommateurs de manière innovante.

Les Parisiens ont déjà pu observer une initiative de ce genre dans les stations de métro de La Défense, Charles de Gaulle-Etoile, Miromesnil et Montparnasse, du 7 au 20 Février 2010. Sephora et Calvin Klein avaient proposé une vente automatique du parfum CK One : 15ml pour 10€ via des machines également réalisées par ZoomSystems. Cette vente n’est pas vraiment comparable à celle des distributeurs TheBody Shop. Ephémère, limitée à quelques lieux, elle s’est accompagnée d’animatrices en charge de faire tester les produits et de proposer à tout acheteur la possibilité de retirer un cadeau en magasin Sephora. Si cette dernière action est restée très événementielle –à l’occasion dela St Valentin-, Sephora teste ce type de machine aux Etats-Unis au sein des magasins de son partenaire JC Penney.

Peut-être qu’en France nous pourrons dans quelques temps hésiter entre un Kinder Bueno ou un mascara, tout en attendant le métro…La beauté contre l’obésité ?