Archive

Posts Tagged ‘Garnier’

Le bio : une offre de plus en plus technique

Après une conquête du marché entamée par une offre basique axée sur les soins essentiels du visage et du corps, les cosmétiques bios pénètrent aujourd’hui le marché de l’anti-âge.

Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, les produits bios se déclinaient surtout sur des cosmétiques simples : hydratants visage et corps, démaquillants, gels douche, pour l’essentiel de l’offre. Et alors qu’on pouvait s’interroger sur le devenir de ces produits, certes sans paraben, sans conservateur, sans …, mais parfois aussi sans efficacité, les marques nous montrent encore aujourd’hui qu’elles croient au bio. Pour cela, elles cherchent à le rendre plus technique.

Kibio (marque rachetée par Clarins), par exemple a lancé en Mars dernier  la crème intemporelle absolue, « Un concentré de jeunesse dans un absolu de crème ».

Mais c’est surtout le géant L’Oréal qui s’affirme le plus sur ce segment. Sanoflore, propose depuis Mars son Baume volupté fermeté, qui régénère la peau et redessine l’ovale du visage. Mixa a complété sa gamme bio avec Biovital, une gamme anti-âge composée d’un soin de jour, d’un soin de nuit et d’un soin contour des yeux. Enfin, Garnier se lance avec bio active, gamme bio qui propose deux produits anti-âge : un soin visage anti-rides fermeté et un soin yeux anti-rides mais aussi des produits plus classiques, un crème hydratante, un crème nourrissante, un lait démaquillant et 1 démaquillant yeux.

Alors oui, le bio est toujours au goût du jour. Mais ces nouveaux produits anti-âge vont-ils remplacer nos bonnes vieilles crèmes ? Et quelle est vraiment leur efficacité ? Le temps nous le dira !

Chères lectrices, si vous avez testé des produits anti-âge bio, faites nous part de vos impressions !

 

Publicités

Creamers aux Sables d’Olonne, ça vous tente ?

En 2009, Nivea avait envoyé sur les plages de charmants jeunes hommes, réservés à nous, les femmes, pour se charger de nous étaler de la crème solaire. Cette année le concept a été adapté par Ambre Solaire, de Garnier.

L’idée ? Prodiguer des conseils aux vacanciers pour qu’ils se protègent correctement du soleil, sur les plages des Sables d’Olonne, pendant 6 semaines cet été. Le salaire ? Plutôt intéressant, puisque pas moins de 5000€ pour la saison sont promis aux 2 heureux élus.

Mais le concept sur lequel repose le projet de Garnier va beaucoup plus loin que celui proposé par Nivea. En effet, le recrutement des « creamers de l’été » s’entoure d’un buzz marketing, grâce au site www.lejobdete.com. Comment ça marche ? Il suffit de déposer sa candidature en ligne et de remporter le plus de vote du grand public. Début juin, un jury composé d’élus locaux, de professionnels du tourisme et de membres partenaires de l’opération, désignera les deux gagnants parmi les 10 finalistes qui auront remporté le plus de suffrages.
Avec ce concept, Ambre Solaire se paie un joli coup de pub grâce au buzz engendré. Cela lui permet d’allier prévention des mauvais comportements face au soleil et communication auprès d’une cible jeune adepte du net et des réseaux sociaux, soit une bonne stratégie pour donner l’image d’une marque dans la tendance !

On trie aussi dans la salle de bain

Révélée dans la chronique de Sophie Joussellin sur RTL, l’étude réalisée par Eco-Emballage pointe du doigt nos lacunes quand il s’agit de trier les déchets dans la salle de bains.

La salle de bains n’est pas la championne du tri sélectif, car trop souvent nos efforts réalisés dans la cuisine sont vite oubliés quand il s’agit de nos produits d’hygiène.

En effet, si 84% des français interrogés affirment trier leurs emballages, ce taux diminue fortement pour ce qui concerne les produits hygiène beauté, qui représente tout de 75 000 tonnes de déchets, par an -soit 2 % de l’ensemble des déchets. Malgré notre bonne volonté, nous jugeons souvent comme recyclable ce qui ne l’est pas et vice-versa.

Crédit photo : Garnier-Eco-Emballages - ph. Didier Delmas, prise de vue au showroom BBath ©

La marque Garnier a décidé d’agir en réalisant un partenariat avec Eco-Emballage. Il se joue selon trois axes : le packaging, internet, et le lancement d’une poubelle facilitant le tri dans la salle de bains.15000 de ces poubelles – munies de 2 bacs, un jaune pour les emballages recyclable et un bleu pour les autres seront distribuées.

Mais plus que la matérialisation du recyclage par une poubelle avec deux bacs de couleurs différentes, ce qui est important c’est l’information du consommateur.

Alors comment ne pas se tromper ? Sophie Joussellin nous l’explique dans sa chronique :

« On ne jette dans la poubelle de tri que les bouteilles et les flacons, les tubes et les pots ne se recyclant pas. Quant aux bombes, seules celles en alu peuvent être triées. »

Maintenant, on n’a plus d’excuses ! Car même si l’on attend des initiatives en termes d’emballages de la part des distributeurs dont certains font des efforts – comme supprimer les notices papier au profit de l’intérieur des packs ou proposer des recharges – pas besoin d’attendre la poubelle Garnier pour trier correctement, on s’y met tout de suite !

Pour plus d’infos sur le sujet, lire l’article très complet de http://www.maisonapart.com : ici

Pour en savoir plus sur le partenariat Garnier-Eco Emballage, je vous recommande d’aller faire un tour sur le site de la marque.  Hyper pédago avec en prime un petit jeu pour tester vos connaissances… 

Les déodorants, arme anti-crise des géants de la cosmétique?

La crise a conduit les grands groupes de cosmétiques à revoir leur offre, en proposant des produits plus accessibles.

Crédit photo : Garnier

En effet, aujourd’hui leur croissance est assurée en grande partie par les pays émergents. L’Oréal par exemple a observé en 2009 un retrait de -4,7% du marché européen et une faible progression de +1,7 aux Etats-Unis, tandis que les « nouveaux marchés » affichaient +3,4%. C’est sans surprise la Chine qui tire les ventes.

Alors face à un pouvoir d’achat en baisse et pour conquérir ces pays émergeants les L’Oréal, Unilever ou autres Proter & Gamble misent sur des produits abordables.  Une recette qui fonctionne semble-t-il, déjà bien approuvée par le Petit Marseillais avec ses produits plaisirs, vraiment pas chers et tout de même efficaces. La marque connaît un réel succès en grande surface. Elle a d’ailleurs été récompensée par le prix d’Excellence de la beauté 2010 décerné par Marie Claire.

C’est ainsi que Garnier vient de commercialiser une gamme de déodorants appelée Mineral, comportant 14 références. L’actif principal, la minéralite est d’origine volcanique. Elle a été choisie pour ses capacités d’absorption de l’eau (3,5 fois son poids), sa vitesse de séchage, son toucher sec non collant en présence d’eau et parce qu’elle ne perturbe pas l’évaporation de la sueur. La gamme est sans paraben ni alcool et il y en a pour tous les goûts : pour les peaux sensibles, pour les peaux épilées, anti-traces blanches, sans sel d’aluminium, en bille ou atomiseurs aux alentours de 3,50€. Cela permet à la marque de proposer un produit vraiment pas cher et de pénétrer un marché encore nouveau pour le groupe L’Oréal, à qui elle appartient.

Sur un segment des déodorants déjà bien occupé par des marques comme Nivea, Bourjois ou Dove la gamme Mineral devra profiter pleinement de la notoriété de Garnier et de son image d’efficacité à prix abordable pour se faire une place.

Crédit photo : Garnier