Archive

Archive for the ‘Greensphere’ Category

Le bio : une offre de plus en plus technique

Après une conquête du marché entamée par une offre basique axée sur les soins essentiels du visage et du corps, les cosmétiques bios pénètrent aujourd’hui le marché de l’anti-âge.

Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, les produits bios se déclinaient surtout sur des cosmétiques simples : hydratants visage et corps, démaquillants, gels douche, pour l’essentiel de l’offre. Et alors qu’on pouvait s’interroger sur le devenir de ces produits, certes sans paraben, sans conservateur, sans …, mais parfois aussi sans efficacité, les marques nous montrent encore aujourd’hui qu’elles croient au bio. Pour cela, elles cherchent à le rendre plus technique.

Kibio (marque rachetée par Clarins), par exemple a lancé en Mars dernier  la crème intemporelle absolue, « Un concentré de jeunesse dans un absolu de crème ».

Mais c’est surtout le géant L’Oréal qui s’affirme le plus sur ce segment. Sanoflore, propose depuis Mars son Baume volupté fermeté, qui régénère la peau et redessine l’ovale du visage. Mixa a complété sa gamme bio avec Biovital, une gamme anti-âge composée d’un soin de jour, d’un soin de nuit et d’un soin contour des yeux. Enfin, Garnier se lance avec bio active, gamme bio qui propose deux produits anti-âge : un soin visage anti-rides fermeté et un soin yeux anti-rides mais aussi des produits plus classiques, un crème hydratante, un crème nourrissante, un lait démaquillant et 1 démaquillant yeux.

Alors oui, le bio est toujours au goût du jour. Mais ces nouveaux produits anti-âge vont-ils remplacer nos bonnes vieilles crèmes ? Et quelle est vraiment leur efficacité ? Le temps nous le dira !

Chères lectrices, si vous avez testé des produits anti-âge bio, faites nous part de vos impressions !

 

Publicités

Yves Rocher, un changement d’image réussi

Yves Rocher anciennement endormie se révèle aujourd’hui l’une des gagnantes de l’étude réalisée par l’institut BVA pour l’agence Change sur le potentiel des marques. Cette étude révélée par Challenges* croise l’attachement des consommateurs à leur égard et leur capacité de changement telle qu’elle est perçue.

Petit rappel. Il y a peu, Yves Rocher traînait encore une image de marque cosmétique vieillotte, pas chère et bas de gamme. Depuis, elle s’est fortement remise en question et pour cela elle a utilisé les grands moyens. Nouveau logo, lancement d’une gamme bio (Culture bio) et modernisation de ces magasins. Cette révolution est soutenue par un large plan média s’appuyant notamment sur la presse féminine. La transition n’est pas encore totalement achevée puisqu’on rencontre encore certains produits estampillés de l’ancienne charte, comme les gels douche, côtoyant ceux de la nouvelle. Et la transformation des magasins non plus n’est pas terminée. Mais on peut observer depuis un an à peu près ce que cela donnera, en se rendant à la boutique des Champs-Elysées. Grâce à des couleurs natures au service d’un design épuré (vert et blanc), l’image ringarde d’Yves Rocher a été balayée ! Et ça paie : depuis sa transformation ce point de vente a augmenté ses ventes de 25%.

La nouvelle enseigne du magasin YR des Champs Elysées

Ainsi dans l’enquête réalisée en ligne au mois de Mars par BVA au sujet de 50 marques auprès de 4028 consommateurs, Yves Rocher fait partie du trio de tête aux côtés d’Apple et de Danone. Conjuguant capital affectif et capacité à bouger, mais aussi à le faire savoir, Yves Rocher à tout compris !

Pour moi la marque atteint enfin une image d’expertise cosmétique, assurant des soins plus performants et ainsi une confiance renforcée auprès des consommateurs.

Cependant, si la boutique des Champs-Elysées a considérablement augmenté ses ventes, il est intéressant de se demander comment ont évolué les autres boutiques, arborant toujours l’ancienne charte.

*N°205 – 25/03/2010

Yannick Noah écoute sa nature

Bourjois lance en partenariat avec Yannick Noah la gamme Écoutes ta nature, des gels douches et soins éco-responsables pour toute la famille à des prix raisonnables.

Champion de tennis, chanteur et maintenant ambassadeur pour une marque de cosmétique ! « Yannick Noah, d’habitude distant par rapport aux nombreuses sollicitations des marques, était cette fois au départ de cette idée et souhaitait s’engager sur un projet à long terme » raconte au Figaro Eric Delannoy de l’agence Talents(Only), qui a lancé la marque Ecoutes ta nature pour Bourjois. « Nous avons donc travaillé avec lui sur la définition de la marque, sur la plate-forme de marque, sur le choix des produits, sur les décors et sur le nom de la marque».

Yannick Noah, engagé pour la planète dans ses actions comme ses chansons et aussi personnalité préférée des français, incarne parfaitement l’image que souhaite donner la marque.

Le concept pourrait se résumer en 3 mots : plaisir, famille et environnement. Le plaisir, ce sont les parfums (gel douches corps et cheveux énergisant, dépaysant ou réconfortant). La famille ce sont les formats « à partager », c’est même écrit sur le pack. Et l’environnement ce sont les conditionnements (400ml et même une version 800ml pour le gel douche réconfortant), avec en plus des recharges pour les gels douches – idée si simple et pourtant si peu utilisée chez les industriels de la cosmétique. Le côté environnement c’est aussi l’absence de parabène, de colorant, de silicone et de PEG, mais tout ça n’est plus original aujourd’hui. Les packs, de forme simple et au design enfantin style « dessines-moi un gel douche » participent à la création d’une image de marque sobre, sans superflu. Par contre il est bizarrement revendiqué « 1 ingrédient bio par formule ». Pas trop de bio permet de privilégier la sensorialité des parfums, mais dans ce cas à quoi sert d’avoir un seul ingrédient ? C’est là que le concept faiblit un peu, mais c’est le seul point. Car dans l’ensemble, l’idée est quand même bien ficelée !

  La gamme :

Crédit photo: Ecoute ta nature

Gel douches corps et cheveux (3 parfums / 400 ml / 4, 95 €), Gel douche réconfortant (800ml / 7,95 €), Recharges (400 ml / 3,95 €), Huile de douche respectueuse (400 ml / 5,95 €), Savon exfoliant et massant (125g / 3,95 €), Crème de soin nourrissante (pot 350ml), Lait hydratant fraicheur (300ml), Eau de soin tonifiante (300ml) 5,95 € chacun

Pour voir le film publicitaire avant sa diffusion le 7 Avril à la TV :

Pour voir l’interview pour le Figaro de Eric Delannoy, gérant-fondateur de l’agence indépendante Talents(Only) qui a réalisé le lancement de « Ecoute ta nature »: c’est par .

Catégories :Environnement, Soin Étiquettes : , ,

On trie aussi dans la salle de bain

Révélée dans la chronique de Sophie Joussellin sur RTL, l’étude réalisée par Eco-Emballage pointe du doigt nos lacunes quand il s’agit de trier les déchets dans la salle de bains.

La salle de bains n’est pas la championne du tri sélectif, car trop souvent nos efforts réalisés dans la cuisine sont vite oubliés quand il s’agit de nos produits d’hygiène.

En effet, si 84% des français interrogés affirment trier leurs emballages, ce taux diminue fortement pour ce qui concerne les produits hygiène beauté, qui représente tout de 75 000 tonnes de déchets, par an -soit 2 % de l’ensemble des déchets. Malgré notre bonne volonté, nous jugeons souvent comme recyclable ce qui ne l’est pas et vice-versa.

Crédit photo : Garnier-Eco-Emballages - ph. Didier Delmas, prise de vue au showroom BBath ©

La marque Garnier a décidé d’agir en réalisant un partenariat avec Eco-Emballage. Il se joue selon trois axes : le packaging, internet, et le lancement d’une poubelle facilitant le tri dans la salle de bains.15000 de ces poubelles – munies de 2 bacs, un jaune pour les emballages recyclable et un bleu pour les autres seront distribuées.

Mais plus que la matérialisation du recyclage par une poubelle avec deux bacs de couleurs différentes, ce qui est important c’est l’information du consommateur.

Alors comment ne pas se tromper ? Sophie Joussellin nous l’explique dans sa chronique :

« On ne jette dans la poubelle de tri que les bouteilles et les flacons, les tubes et les pots ne se recyclant pas. Quant aux bombes, seules celles en alu peuvent être triées. »

Maintenant, on n’a plus d’excuses ! Car même si l’on attend des initiatives en termes d’emballages de la part des distributeurs dont certains font des efforts – comme supprimer les notices papier au profit de l’intérieur des packs ou proposer des recharges – pas besoin d’attendre la poubelle Garnier pour trier correctement, on s’y met tout de suite !

Pour plus d’infos sur le sujet, lire l’article très complet de http://www.maisonapart.com : ici

Pour en savoir plus sur le partenariat Garnier-Eco Emballage, je vous recommande d’aller faire un tour sur le site de la marque.  Hyper pédago avec en prime un petit jeu pour tester vos connaissances… 

L’usine Sanoflore cédée à Fareva par L’Oréal

Crédit photo : Sanoflore

Le groupe L’Oréal, détenteur de Sanoflore annonçait fin septembre 2009 qu’il céderait cette année son usine Sanoflore, située dans la Drôme, à son sous-traitant Fareva, un groupe familial ardéchois de 5000 salariés ayant réalisé 723 millions d’euros de CA en 2009. L’activité de ce dernier ne repose pourtant pas sur les produits bios puisqu’elle est basée sur la formulation, la fabrication et le conditionnement de produits ménagers, industriels, cosmétiques, pharmaceutiques et alimentaires. Le rachat est effectif depuis le 1er Mars 2010 et pour l’occasion la filiale Fareva Bio, rassemblant les 60 salariés de l’usine Sanoflore a même été créée.

Sanoflore, rachetée en 2006 par L’Oréal reste sous le contrôle du géant mondial de la cosmétique, tout comme ses 18 salariés en charge de la R&D. Ainsi L’Oréal renforce sa volonté de se concentrer sur la recherche, le développement et la commercialisation en France et dans le monde des produits Sanoflore (cosmétiques bio, aromathérapie, phytothérapie labellisés Cosmébio par Ecocert).

Fareva  qui compte faire du site de Sanoflore son usine de référence pour l’ensemble de sa production bio, élargit ainsi son offre tant sur le plan des volumes de séries que des technologies qu’elle propose à ces clients. Bernard Fraisse son président précise : « « Nous renforçons notre crédibilité et notre force dans le domaine du bio où nous étions déjà présents mais pas dans les petites et moyennes séries et des technologies comme les tubes, flacons ou encore les sachets avec l’agrément Ecocert ». Le site de production pourrait même travailler pour d’autres clients en plus de la production réalisée pour L’Oréal [LSA  24 Septembre 2009].

Toutefois, ce rachat peut laisser perplexe : il est loin le temps où la cosmétique bio s’opposait à celle des grands groupes industriels, revendiquant leurs différences et réalisant de petites productions. Posséder une marque bio devient aujourd’hui un acte obligé pour un grand groupe cosmétique, offrant la possibilité de valoriser leur image. Que ce soit via le lancement d’une gamme bio (Mixa par exemple) ou un rachat (Clarins prenant part dans Kibio par exemple), tous les grands groupes cosmétiques se tournent vers le bio. Même les sous-traitants tels Fareva ajoutent à leur catalogue de telles productions. L’appartenance à un grand groupe permet aux marques bios de bénéficier de leurs moyens et connaissance en R&D, de leur force de communication et de leur savoir-faire commercial. Ainsi L’Oréal a permis à Sanoflore une internationalisation vers 12 pays. Mais nous ne pouvons pas nous empêcher de penser que le bio reste un moyen de parfaire une image d’entreprise responsable.

Catégories :Cosmétiques naturels/bios Étiquettes : , , ,