Archive

Archive for the ‘Sélective’ Category

Insolite et déjà culte, le bain dissolvant Sephora

…ou comment Sephora change notre façon d’enlever le vernis.

Féminines jusqu’au bout des ongles…mais quand vient le moment d’enlever ce magnifique vernis rouge flamboyant prêt à s’écailler (oui car on ne garde pas un vernis écaillé), armée de notre flacon de dissolvant et de notre coton, on est parfois bien impuissantes! Car le vernis est tenace et il reste toujours quelques traces disgracieuses à enlever.

Sephora a la solution ! L’enseigne a innové et nous propose son bain dissolvant express. En plus d’enlever radicalement tout vernis, il propose surtout un nouveau geste de manucure. Il suffit tout simplement d’introduire le doigt dans le pot dont l’intérieur est rempli d’une mousse imbibée de dissolvant. C’est magique… si votre laque est un peu réticente, il suffit de frotter légèrement l’ongle contre la mousse et vous en viendrez à bout!

Finalement on ne sait pas ce qu’on préfère, se faire les ongles ou les « défaire » !

Avec cette innovation parmi tant d’autre, Sephora prouve que la Marque De Distributeur comme suiveuse de grandes marques n’est plus.  Désormais les les enseignes sont force de proposition sur le marché alors qu’auparavant elles se contentaient de lancer des copies de produits existants ,à prix réduits.

La beauté ne connaît pas la crise !

13 février 2012 2 commentaires

Alors que les prix flambent et que la consommation des ménages est en berne, il y a un secteur qui fait office de village gaulois et qui résiste à la morosité ambiante : c’est le luxe et la beauté ! +3% en France en 2011 ! Petit point sur le sujet.

Pour le retour de Cosmetosphere en 2012, ces chiffres tombent à pic ! Je savais bien que j’étais dans le vif du sujet avec un blog cosmeto…

D’après les chiffres révélés par NPD (panel du marché beauté en distribution sélective, la parfumerie), nous aurions dépensé 2,86 milliards d’euros en 2011, pour nous parfumer, nous maquiller et prendre soin de notre peau, versus 2,77 milliards en 2010. C’est en particulier le parfum qui pèse dans ces chiffres car il représente environ 2/3 du résultat réalisé sur le circuit sélectif, avec en star incontesté J’adore de Dior.

 

(Pour voir le film, cliquez sur l’image).

Cependant, on ne peut pas en déduire directement que le premier produit de beauté vendu est du parfum : en effet,  ces chiffres sont mesurés en parfumerie (où l’on achète principalement du parfum…alors que pour les soins et le maquillage la grande surface et la pharmacie représentent de sérieux concurrents) et un flacon de parfum est souvent bien plus cher qu’un produit de maquillage ou de soin.

Ces résultats sont également liés aux efforts réalisés par les grandes enseignes, entre autres Sephora leader du marché avec une performance de +34% en 2011 et Nocibé qui a relooké ses magasins. Pour nous faire revenir, les parfumeries développent leurs programmes de fidélité, des cours de maquillage ou encore proposent des éditions limitées.

La bonne santé de la beauté et du luxe se lie aussi sur les performances des entreprises du secteur. A titre d’exemple, LVMH a affiché un chiffre d’affaires de 23 milliards d’euros en hausse de 14% par rapport à 2010) en limitant l’effet crise grâce à son fort taux d’exportation (environ 90%) et à une qualité made in France, un savoir faire traditionnel qui fait recette en période difficile. Le numéro 1 mondial de la cosmétique, L’Oréal, affichait à fin septembre 2011 un chiffre d’affaires à 15 milliards d’euros en progression de plus de 5%.

Le passage de la crise se fait en travaillant son apparence : il semblerait que bien apprêtée et sûre de soi on traverse mieux les difficultés. Pas besoin d’un total look Vuitton pour ça : un parfum réconfortant, un tube de rouge à lèvres, un peu de vernis et une touche de blush et c’est parti !

Yves Rocher, un changement d’image réussi

Yves Rocher anciennement endormie se révèle aujourd’hui l’une des gagnantes de l’étude réalisée par l’institut BVA pour l’agence Change sur le potentiel des marques. Cette étude révélée par Challenges* croise l’attachement des consommateurs à leur égard et leur capacité de changement telle qu’elle est perçue.

Petit rappel. Il y a peu, Yves Rocher traînait encore une image de marque cosmétique vieillotte, pas chère et bas de gamme. Depuis, elle s’est fortement remise en question et pour cela elle a utilisé les grands moyens. Nouveau logo, lancement d’une gamme bio (Culture bio) et modernisation de ces magasins. Cette révolution est soutenue par un large plan média s’appuyant notamment sur la presse féminine. La transition n’est pas encore totalement achevée puisqu’on rencontre encore certains produits estampillés de l’ancienne charte, comme les gels douche, côtoyant ceux de la nouvelle. Et la transformation des magasins non plus n’est pas terminée. Mais on peut observer depuis un an à peu près ce que cela donnera, en se rendant à la boutique des Champs-Elysées. Grâce à des couleurs natures au service d’un design épuré (vert et blanc), l’image ringarde d’Yves Rocher a été balayée ! Et ça paie : depuis sa transformation ce point de vente a augmenté ses ventes de 25%.

La nouvelle enseigne du magasin YR des Champs Elysées

Ainsi dans l’enquête réalisée en ligne au mois de Mars par BVA au sujet de 50 marques auprès de 4028 consommateurs, Yves Rocher fait partie du trio de tête aux côtés d’Apple et de Danone. Conjuguant capital affectif et capacité à bouger, mais aussi à le faire savoir, Yves Rocher à tout compris !

Pour moi la marque atteint enfin une image d’expertise cosmétique, assurant des soins plus performants et ainsi une confiance renforcée auprès des consommateurs.

Cependant, si la boutique des Champs-Elysées a considérablement augmenté ses ventes, il est intéressant de se demander comment ont évolué les autres boutiques, arborant toujours l’ancienne charte.

*N°205 – 25/03/2010

Inauguration d’une boutique Kiehl’s à Montmartre

Un des coins de Paris où l’on oublie que l’on est dans une ville de plusieurs millions d’habitants et qui fait penser à un village, avec ses petites rues, ses restos ; etc : Montmartre ! C’est dans ce joli quartier, au 22 Rue des Abbesses que Khiel’s, la marque de cosmétiques new yorkaise, a tout naturellement choisi de s’installer. Car à l’origine Kiehl’s était une pharmacie de New York, s’inspirant des officines d’apothicaires d’antan. Créée il y a 150 ans, la marque appartenant désormais au groupe L’Oréal depuis 2000, conserve toujours son esprit unique, reposant sur ses valeurs d’origine made in USA. Au premier rang desquelles on retrouve la science, la qualité, le respect de la clientèle, ou encore le sens de la communauté. Ainsi la marque possède un univers caractéristique inimitable qui se traduit par un décor presque inchangé depuis 1851- murs en briques rouges, étagères en bois, comptoir en marbre – des produits de très bonne qualité aux packs simples et clairs et bien sûr un service professionnel : d’ailleurs les vendeurs portent une blouse blanche, comme pour la marque Clinique, en signe d’expertise dermatologique.

En France c’est une sixième boutique pour la marque, qui en possède plus d’une vingtaine aux US et 600 à travers 44 pays.

Catégories :Nouveautés et tendances, Sélective Étiquettes :

L’Occitane entrerait à la bourse de Honk Kong

Le Financial Times l’a annoncé samedi, l’Occitane envisage très prochainement une introduction à la bourse de Hong Kong, afin de lever 700 millions de dollars. Le marché asiatique, en forte croissance, représente une opportunité de développement pour la marque, dont les produits sont perçus là-bas comme luxueux et abordables.

Déjà évoquée en Juillet 2009 pour la fin de cette même année, l’entrée de l’Occitane, groupe français de cosmétiques naturels, à la bourse de Hong Kong n’avait finalement pas eu lieu. L’objectif était alors de lever 300 millions de dollars, aujourd’hui il a été revu à la hausse, atteignant 700 millions. L’intérêt de cette place boursière repose sur la croissance hors normes du marché asiatique et sur l’engouement de ses consommateurs pour la marque de Manosque. C’est ce qu’explique l’un des responsables dans ces propos repris par l’APF : « les produits de L’Occitane sont perçus en Asie comme des produits de luxe abordables et une cotation à Hong Kong à un sens dans le contexte de la stratégie de la marque en Chine, de ses plans de développement futurs et de sa reconnaissance régionale ».

Le groupe réalise aujourd’hui en Asie la moitié de son CA global, qui s’est  élevé à 537 millions d’euros en 2009.

L’occitane s’éloigne peu à peu de la PME qu’elle était. Cela me donne l’occasion de rappeler qu’en France, de grands groupes de cosmétiques restent encore à l’écart des places boursières comme les laboratoires Pierre Fabre ou encore Clarins, qui s’est retiré de la bourse en milieu d’année dernière remettant en cause la stratégie « courtermiste » des marchés financiers et préférant privilégier une stratégie long terme.

Catégories :Sélective

Julia Roberts : nouvelle égérie Lancôme

La marque l’avait annoncé le 4 décembre, l’actrice américaine allait devenir sa nouvelle égérie. Aujourd’hui, les innombrables affiches d’abribus nous révèlent que Julia Roberts prête son minois au mascara Hypnose Precious cells. Impossible de la manquer,  on ne peut sortir dans la rue sans tomber nez à nez avec elle !

Lancôme avait tenté de rajeunir et de glamouriser son image avec Anne Hathaway, talentueuse actrice mais peut-être un peu trop jeune, qui incarnait le parfum Magnifique, lequel a eu un succès mitigé.

Pour moi, la marque renoue enfin avec un style qui a fait le succès de ses égéries : beauté intemporelle, charismatique et à la filmographie exceptionnelle, comme c’était le cas de Juliette Binoche ou Kate Winslet. Et pour cela, je pense que la marque à la rose a vu juste en choisissant l’actrice américaine.

Pour Youcef Nabi, le président de Lancôme international, « par sa personnalité et sa carrière remarquables, Julia Roberts est une femme emblématique d’aujourd’hui. Son talent exceptionnel, son rayonnement et ses engagements forts résonnent parfaitement avec les valeurs de Lancôme. Nous sommes convaincus qu’elle incarnera la marque de la façon la plus sublime qui soit ». Après quelques temps d’absence sur le grand écran et un passage furtif dans Valentine’s Day (sûrement pas son meilleur film!) c’est un vrai retour sur le devant de la scène pour Julia Roberts.  Connue pour son sourire XXL, on ne saurait s’étonner de voir sa collaboration avec Lancôme s’étendre à d’autres segments comme le maquillage des lèvres par exemple…

Les premières images: