Archive

Archive for mai 2010

Presse féminine : confrère en pleine (R)évolution

Avec le succès de l’internet qui permet un accès gratuit, varié et quasi illimité à l’information, la presse papier connaît de grandes difficultés, cela n’est pas nouveau me direz-vous.

Cependant, dans un article daté du 25 Mars, Stratégies indique que la presse féminine affiche une baisse en 2009 (-2%) moindre qu’en à 2008 (-3.2%) : des résultats jugés encourageants par le magazine.

Le segment des féminins est en pleine recomposition : offre, concept, prix, tout change. De nombreux sont apparus récemment et réussissent à se faire une place à côté des sacro saints ELLE, Marie Claire et autres Glamour.

Il y a eu tout d’abord Grazia, du groupe italien Mondadori, sorti en Août dernier. Dans des propos rapportés par Cosmetiquemag du mois de Mars, Leila Berrached, chargée d’études à l’institut de veille de L’Argus de la presse indique que « Grazia est une marque qui cherche à tisser une relation avec les consommatrices au même titre qu’un blush ou un mascara ». Plus qu’un magazine, le groupe Mondadori a cherché à créer une complicité avec ses lectrices grâce à un site internet et une application iPhone. Grazia a été perçu comme un concurrent sérieux dès son lancement puisque l’historique ELLE a réagi en baissant son prix à 2€ ; bonne stratégie car s’en est suivi une augmentation de ses ventes.

Mais le groupe Lagardère, qui détient ELLE, ne s’est pas contenté de baisser le prix de son titre phare : il a répliqué sérieusement en lançant le 19 mars dernier un hebdomadaire communautaire, Be dont les piliers sont les classiques news, mode, beauté, psycho/sexo, mais avec un positionnement unique. « Avec Be, nous lançons une marque ‘’média globale’’ », a déclaré Didier Quillot, président de Lagardère Active, précisant que Be sera décliné « à 360 degrés […] utilisant ainsi la toute puissance des médias réunis du groupe Lagardère ». Ainsi Be se décline avec un magazine hebdomadaire, un site be.com où les lectrices sont encouragées à participer à la communauté Be et qui propose une boutique en ligne, une application pour smartphones et enfin une présence à la télé sur June (ex Filles TV) et à la radio sur Virgin. La cible du concept Be est la now génétation qui veut tout, tout de suite, constituée de grandes acheteuses de vêtements qui aiment changer de style et dont une sur deux fait partie d’un réseau en ligne type Facebook. L’objectif est de créer une communauté de jeunes femmes, les « Bees » à la fois lectrices du magazine, actives sur le web via le site be.com et sa déclinaison communautaire, et consommatrices grâce au e-commerce.

Enfin, Marie Claire n’est pas en reste puisque le groupe a lancé Envy un peu avant la sortie de Be. Adaptation du magazine anglais Look, ce nouveau titre se concentre sur la mode et les peoples.

Finalement, la concurrence du net et l’apparition de nouveaux magazines dans les kiosques a redonné du souffle à la presse féminine, qui s’active pour renouveler ses formules, « ciblant plus des façons de vivres que des catégories socio professionnelles ou une tranche d’âge », comme l’évoquait Sophie Renaud, directrice du pôle expertise presse de l’agence médias Carat, dans des propos recueillis par Cosmetiquemag. Pour elle, « les lancements ont dynamisé le secteur entier. Les éditeurs innovent en termes de baisse de prix, d’offres d’abonnements. Les annonceurs ont accès à de nouveaux contextes et de nouveaux formats. Les lecteurs retournent en kiosque et redécouvrent la concurrence. C’est positif pour tout le monde ». On notera une tendance chez les annonceurs de ces magazines, ce sont en majorité des marques haut de gamme mode et beauté: dans Grazia par exemple, 68% des annonceurs le sont. Autant de sources d’infos pour Cosmetosphere…

Publicités

Beauté à boire

On connait déjà les propriétés de l’eau en cosmétique : les marques Avène et La Roche Posay utilisent justement dans la formulation de leurs produits de l’eau thermale, pour ses propriétés apaisantes.

On connait aussi les compléments alimentaires : la beauté qui vient de l’intérieur…

Alors pourquoi ne pas boire l’eau qui rend belle ? C’est ce que propose BEAUTY TO GO ! : Dans un tetra pack couleur or se trouve une eau ultra pure, riche en silicium naturel, bénéfique pour la peau mais aussi les os, les ongles et les cheveux. Elle est censée donner un coup de fouet à nos défenses immunitaires, éliminer la nicotine et améliorerait la circulation. Un peu cher pour remplacer l’eau de source mais pourquoi pas ?

3,90€ les 0.5l / Pour commander et profiter des réductions : c’est par .

Creamers aux Sables d’Olonne, ça vous tente ?

En 2009, Nivea avait envoyé sur les plages de charmants jeunes hommes, réservés à nous, les femmes, pour se charger de nous étaler de la crème solaire. Cette année le concept a été adapté par Ambre Solaire, de Garnier.

L’idée ? Prodiguer des conseils aux vacanciers pour qu’ils se protègent correctement du soleil, sur les plages des Sables d’Olonne, pendant 6 semaines cet été. Le salaire ? Plutôt intéressant, puisque pas moins de 5000€ pour la saison sont promis aux 2 heureux élus.

Mais le concept sur lequel repose le projet de Garnier va beaucoup plus loin que celui proposé par Nivea. En effet, le recrutement des « creamers de l’été » s’entoure d’un buzz marketing, grâce au site www.lejobdete.com. Comment ça marche ? Il suffit de déposer sa candidature en ligne et de remporter le plus de vote du grand public. Début juin, un jury composé d’élus locaux, de professionnels du tourisme et de membres partenaires de l’opération, désignera les deux gagnants parmi les 10 finalistes qui auront remporté le plus de suffrages.
Avec ce concept, Ambre Solaire se paie un joli coup de pub grâce au buzz engendré. Cela lui permet d’allier prévention des mauvais comportements face au soleil et communication auprès d’une cible jeune adepte du net et des réseaux sociaux, soit une bonne stratégie pour donner l’image d’une marque dans la tendance !

L’Essence des notes, la première gamme de parfums en pharmacie

 

 

 
Si vous ne connaissez pas L’Essence des notes, la première marque d’eaux de parfum vendue en pharmacie, je vous invite à la découvrir… et qui mieux que Huong Mangin, sa créatrice pour nous en parler ? Nous l’avons rencontrée et elle nous a livré avec passion  l’Histoire de L’Essence des notes.

Crédit photo : FRAGRANCE ET BEAUTE FRANCAISES

 A l’origine…

 

Tout commence dans les années 90, quand Huong Mangin prend la direction d’une parfumerie à Castres, tout en continuant de travailler pour le groupe Pierre FABRE.  Cette dernière a déjà une expérience dans plusieurs secteurs au sein du groupe, mais pas dans la parfumerie. Elle s’accroche et petit à petit, s’intéresse beaucoup au maquillage, à la cosmétique et développe ses connaissances olfactives. Elle assiste à des formations données par les plus grandes marques françaises comme Guerlain, Dior, Chanel, YSL, Shiseido, Estée LAUDER etc…. C’est le premier déclic.

Le second aura lieu au cours de voyages en Asie et particulièrement à Shanghai en 2005, où elle rencontre de nombreux parfums aux noms français et pourtant fabriqués localement. La qualité bien inférieure à celle des fragrances françaises la frappe, c’est le second déclic !

Ayant toujours voulu créer, c’est pour Huong Mangin le moment décisif : elle décide de concevoir une gamme de parfums, qui marie le luxe, la modernité et la sobriété. Elle veut pour sa gamme une qualité qui doit être comparable aux prestigieuses marques en parfumerie grâce à des matières premières de qualité, mais à un prix abordable pour être distribué en pharmacie.

Une conception digne des plus grandes maisons

Pour concrétiser ce projet, elle fait appel aux meilleurs : A Grasse, berceau de la haute parfumerie française, elle choisit les maîtres parfumeurs de chez MANE (qui créent pour les grandes marques en parfumerie) pour le développement des fragrances.  Pour la création de l’image de la marque, ce sera l’Agence Dragon Rouge, un des meilleurs experts dans le domaine. Neuf fragrances sont nées : 5 mixtes, 2 féminins et 2 masculins, présentés dans des flacons sobres et élégants et mettant chacun en avant deux essences naturelles. La particularité de la gamme, toutes les notes de tête sont fraîches, toniques ou hespéridés puis elles évoluent en notes  d’agrumes, de fleurs, de bois et d’épices en notes de cœur et de fond.

Mais pourquoi 9 me direz-vous? Nous le lui avons demandé ! Il y a deux raisons à cela. D’abord, avec 9 fragrances, c’est un challenge audacieux, H. Mangin a imaginé avec les parfumeurs de Mane, un accord masculin-féminin, ni âge, ni frontière qui couvre presque toute la famille olfactive qui existe en parfumerie où chacun peut trouver sa propre  signature olfactive. Mais 9, c’est aussi un chiffre porte-bonheur en Asie, où la marque sera d’ailleurs bientôt présente, à Singapour, en Chine puis à l’international en général.

Une révolution en officine

Distribuer L’Essence des notes en pharmacie, c’est opter pour un réseau de proximité, mais aussi apporter de la nouveauté dans le monde de l’officine, la parfumerie en pharmacie. Si à l’étranger les pharmacies – qui sont parfois des drugstores, comme Boots au Royaume-Uni par exemple- proposent des parfums avec souvent les mêmes marques que les parfumeries, en France ce n’est pas encore le cas. Je vous en parlais dans un article précédent, la cosmétique explose en pharmacie. Côté parfumerie, on retrouve des Eaux de Cologne ou de toilette comme celles de la marque Roger Gallet, mais il n’existe pas encore de gamme d’eaux de parfum. L’Essence des notes fait donc office de précurseur en apportant un nouveau concept sans oublier la sécurité : en effet des tests de compatibilité cutanée, de phototoxicité , de tolérance et d’évaluation de la sécurité pour la santé humaine ont été réalisés pour chaque fragrance par l’institut IDEA à Bordeaux.

Aujourd’hui les 9 parfums de la gamme sont proposés en 50ml ou 100 ml aux prix conseillés  de 32 € à 35€ et de 49 € à 52€. Demain, la gamme se déclinera avec d’autres produits complémentaires.

Les fragrances :

Mixtes :

Pamplemousse & Basilic / Cardamone et Embruns / Citron & Petitgrain / Lavande & Romarin / Orange & Litsée

Crédit photo : FRAGRANCE ET BEAUTE FRANCAISES

Féminins

Néroli & Bois de Gaïac / Myrte et Bergamote

Crédit photo : FRAGRANCE ET BEAUTE FRANCAISES

Masculins

Vétiver & Patchouli / Coriandre Bois de Cèdre

Crédit photo : FRAGRANCE ET BEAUTE FRANCAISES

Pour plus de renseignements, vous pouvez consulter le site :  www.lessencedesnotes.com

Merci à Pauline qui a réalisé avec moi cet entretien et à Huong et Cathy qui nous ont accordé leur temps.

Après les soins et le parfum L’Occitane, le maquillage

  

Cela devait forcément arriver : L’Occitane, spécialiste des soins et parfums naturels s’apprête à lancer sa gamme de maquillage, inspirée de la délicate Pivoine. 

 

   

Chaque gamme à une histoire chez L’Occitane. Pour la Pivoine, c’est celle d’une rencontre, entre les équipes de L’Occitane et un passionné de la fleur, Jean-Luc Rivière ; couleurs, essences, appellations telles que « Etoiles de neige » ou « Valse de Vienne » les ont séduit. Cela a donné une gamme fraîche, naturelle et pimpante.  

La gamme se compose de poudres et fards,  

Crédit photo : L'Occitane

d’une eau teintée lèvres et joues,  

Crédit photo : L'Occitane

de rouges à lèvres,  

Crédit photo : L'Occitane

de brillants à lèvres,  

Crédit photo : L'Occitane

  

d’un baume à lèvres  

Crédit photo : L'Occitane

mais aussi de pinceaux.  

Le tout vendu entre 10 et 26€, dans des packs très nature façon « sachet de graines ». Une ligne parfumée composée d’un parfum, d’un roll-on, d’eau de toilette et d’une crème de douce viendront compléter celle du maquillage.  

Une jolie gamme nature mais pleine de peps et très gourmande !