Archive

Archive for avril 2010

Du nouveau au rayon beauté chez Monoprix

Ça va bouger chez Monoprix du côté de la parfumerie. L’enseigne a annoncé le lancement de 3 nouveaux concepts pour 2010 : le maquillage, la parapharmacie et un nouveau rayon produits de grande consommation. Plus que l’implantation de ces trois concepts on peut y voir une nouvelle façon de penser le point de vente, très en vogue et qui donne ses lettres de noblesse au merchandising.

Le maquillage représente l’une des forces de Monoprix et c’est le premier segment dont le concept a été finalisé. Le rayon pilote se trouve au magasin des Ternes à Paris mais trente autres sont en cours. Ils ont été pensé pour donner le plus d’informations possible à la cliente en l’absence de la conseillère, grâce à un écran plasma notamment. La couleur dominante est le blanc avec quelques éléments noirs.

Pour le deuxième concept, celui de la parapharmacie, la dominante sera le gris, en rupture avec les traditionnels vert et blanc qui caractérisent l’univers médical. Ce deuxième concept a un pilote aux Ternes mais la première version définitive sera visible au magasin de La Défense à la fin du mois. Cet espace bénéficiera de la présence d’un docteur en pharmacie. Enfin, dernier concept, c’est celui des produits de grande consommation hygiène-beauté avec une première implantation qui sera réalisée à Paris St Augustin. Monoprix perçoit les produits de ce segment de façon globale (alors qu’en grande surface l’hygiène et la beauté sont séparés) et proposera donc une catégorisation des produits ainsi qu’un éclairage adapté qui guidera la cliente.

Au niveau de l’offre produits, quelques nouveautés chez Monoprix comme les capillaires Jean-Marc Maniatis une marque vendue au catalogue du Club des Créateurs de Beauté (avec qui d’ailleurs l’enseigne avait déjà établi un partenariat en référençant agnès b. quelques temps). La marque de maquillage maison, Miss Helen en cours de reformulation et de repack, sera en magasins en Mai. Elle constituera l’un des piliers du rayon maquillage avec son très bon rapport qualité/prix.

La réflexion menée par Monoprix s’inscrit parfaitement dans la tendance actuelle qui est de penser le merchandising comme un outil qui favorise la vente et la fidélisation client, parce qu’on lui aura vendu le produit le plus adapté à ses besoins. Avant, il était considéré comme générant plus de coûts que de bénéfices comme l’indique l’article sur le métier de merchandiser publié dans cosmetiquemag d’avril. La crise aidant, les industriels et les enseignes se penchent de plus en plus sur la question. L’une des stratégies annoncées de L’Oréal face à la crise était de maintenir voire d’augmenter le niveau d’investissement publicitaires. Mais comme l’indique Florence Tesseron, présidente de Global strategy merchandising association, le merchandiser « doit savoir gérer les espaces – flux de circulation dans une boutique, tendances couleur, techniques d’éclairage…- connaître les comportements d’achat, mais aussi […] quantifier les produits sur le point de vente ». Alors bien que la communication par les médias aide à la notoriété d’un produit ou d’une marque, nous pouvons être convaincus que la communication sur le lieu de vente a un rôle crucial… et surtout elle est beaucoup chère !

D’après l’interview de Pascale Cartier, directrice de la parfumerie Monoprix, Monoprix, l’année des concepts, Cosmétique hebdo  22 mars 2010 (N°445)

Et l’article Le merchandiser gagne à être reconnu, cosmetiquemag d’avril (N°107)

COSMETOSPHERE participe au concours Blog Beauté Marie Claire

Le site du magazine Marie Claire aime les bloggeuses… et il a décidé de les récompenser selon plusieurs catégories : beauté, mais aussi cuisine, mode, voyage!!

Et c’est tout naturellement que COSMETOSPHERE s’est positionné dans les starting blocks!

Alors amis/amies lecteurs ou lectrices, si vous voulez soutenir mon blog en laissant un commentaire sur le site MarieClaire, c’est par

Et j’en profite pour vous remercier car vous êtes tous les jours de plus en plus nombreux à venir faire un tour sur la sphère cosmétique!

A très vite

 

Catégories :Non classé Étiquettes : ,

Tops sans fards, 2ème épisode de la saga ELLE sans maquillage ni retouche

Pour la 2ème année consécutive, l’hebdo ELLE reprend la série des « sans fards », photographies en noir & blanc d’icônes de la beauté, sans maquillage ni Photoshop, sublimées par l’objectif du célèbre photographe Peter Lindberg.

Voilà un an, le numéro « stars sans fards », qui présentait des actrices telles Monica Belluci, Sophie Marceau ou Charlotte Rampling lançait le mouvement. Sophie Marceau y était d’ailleurs bluffante.

L’initiative avait été reprise par la version espagnole du magazine. Un an après, dans son n° du 9 Avril, ELLE s’attache cette fois-ci aux tops : Claudia Shiffer, Shallom Harlow, Amber Valleta, Helena Christensen, Tatjana Patitz, Cindy Crawford et Nadja Auerman, tops des années 90, se sont prêtées au jeu.

Pourtant, ces femmes peuvent paraître les moins naturelles qui soient : maquillées, coiffées, retouchées, elles incarnent une beauté presque surnaturelle.

Mise à nues, sans artifice ni l’intervention lissante de Photoshop, elles restent encore belles et nous rappellent qu’une belle femme n’est pas une femme superficielle. Ces images –bien qu’en noir & blanc, ce qui cache les défauts bien entendu- peuvent redonner confiance. Belles au naturel, ces tops nous révèlent quand même rides et poches sous les yeux, montrant ainsi que les signes de l’âge de sont pas réservé à madame tout le monde.

Dans son numéro précédent, « spécial rondes », ELLE mettait à l’honneur les formes, pour rappeler que la beauté n’est pas question de taille, en nous présentant une sublime et glamourissime top taille 48.

Bravo à ELLE, car si les photos mode et beauté des magazines féminins peuvent être source de complexes, cette démarche de présenter des femmes plus proches de la réalité est louable. Dommage qu’il faille parler d’un numéro « spécial » pour présenter quelque chose de normal : des femmes qui sont nées sans maquillage ni Photoshop et qui sont belles en 36 comme en 48…

Somatoline se lance dans l’amincissant pour homme

Depuis 2008, année de  la montée en puissance de Somatoline, le marché français de la minceur en pharmacie connaît un véritable bouleversement. Aujourd’hui, la marque italienne du groupe Bolton (Rogé Cavaillès) vient de lancer une gamme destinée… aux hommes, qui comme nous, se soucient de leur silhouette. Analyse.

Faisant reculer les leaders historiques, tels Vichy, Somatoline a fait basculé le marché minceur en pharmacie,  s’adjugeant en 3 mois la 1ère place des ventes : entrée en Mars 2008 en France la marque cumule 29.4% de part de marché en valeur à fin 2008. Et la réussite ne se dément pas dans chacun des pays où la maque a été lancée.

Les clés de son succès ?

  • Un claim simple, fort et efficace : « Somatoline, ça fonctionne », on-pack
  • Un ancrage dans l’univers médical, vecteur de confiance grâce à des packs simples, clairs et techniques aux couleurs très pharmacie vert et blanc, un logo proche du caducée mais aussi prix élevés qui valorisent la marque (c’est cher donc ça marche…)

Crédit photo : Somatoline

  • Des investissements médias et commerciaux très supérieurs versus la  concurrence

Par exemple en 2009 la marque a diffusé pas moins de 4 spots TV et 4 pubs différentes en presse alors que ses concurrents du top 5 (Galénic-Elancyl, ROC, Vichy et Percutaféine) n’ont pas communiqué à la télé et on réalisé moins de publications dans la presse. Cela n’a pas été sans effet chez ces derniers qui cette année redoublent d’agressivité avec une large présence dans les magazines féminins comme par exemple Elancyl pour son lancement Offensive Cellulite.

Somatoline c’est aussi une approche novatrice du marché. L’année dernière la marque nous a surpris avec une innovation telle que la crème solaire amincissante. Quoi de mieux que de maigrir en se prélassant ?

Crédit photo : Somatoline

Et bien quelle ne fut pas ma surprise en découvrant cette semaine un spot TV présentant une gamme pour homme ? Somatoline ne fait pas office de pionnier sur ce segment puisque Biotherm par exemple avait déjà lancé abdosculpt, un soin ciblé abdos.

Deux produits pour hommes sont lancés cette année par Somatoline :

VENTRE ET ABDOMEN INTENSIF NUIT qui s’adresse aux hommes qui cherchent un traitement « intensif » nécessitant une seule et unique application par jour. Cette crème est destinée à combattre les graisses localisées de l’homme (ventre et poignées d’amour). Appliquée la nuit elle met à profit une réceptivité de la peau plus importante que le jour pour action intense et rapide de perte centimétrique. Son principal actif – au nom très masculin…- est le « MenRedux-complex ». Le soin est enrichi en extrait de café vert, en caobromine et en ingrédients cosmétiques cryo-thermiques (sensation de froid) qui, grâce à l’application par massage, favorisent la réduction des amas graisseux localisés.

Crédit photo : Somatoline

TRAITEMENT ABDOMINAUX TOP DEFINITION est un gel-crème cosmétique étudié pour réduire les amas graisseux localisés de l’homme. Il a pour objectif de tonifier la région abdominale, en aidant à révéler les tissus musculaires. Son complexe actif, le MenDéfinition-complex – au nom aussi exclusif que celui contenu dans Ventre et Abdomen Intensif Nuit… – est enrichi en caféine et carnitine. Grâce à l’application par massage, il permet de réduire le stockage des graisses localisées en surface et tonifie les tissus cutanés.

Crédit photo : Somatoline

La gamme homme va-t-elle connaître les mêmes résultats ou bien ses messieurs seront-ils encore frileux à se tartiner de crème amincissante et à respecter ce rituel quotidien imposé si l’on veut que le résultat se voit ? En tout cas si l’on se laisse guider par le visuel du pack, ça paraît bien facile, il suffit de dormir !

Yves Rocher, un changement d’image réussi

Yves Rocher anciennement endormie se révèle aujourd’hui l’une des gagnantes de l’étude réalisée par l’institut BVA pour l’agence Change sur le potentiel des marques. Cette étude révélée par Challenges* croise l’attachement des consommateurs à leur égard et leur capacité de changement telle qu’elle est perçue.

Petit rappel. Il y a peu, Yves Rocher traînait encore une image de marque cosmétique vieillotte, pas chère et bas de gamme. Depuis, elle s’est fortement remise en question et pour cela elle a utilisé les grands moyens. Nouveau logo, lancement d’une gamme bio (Culture bio) et modernisation de ces magasins. Cette révolution est soutenue par un large plan média s’appuyant notamment sur la presse féminine. La transition n’est pas encore totalement achevée puisqu’on rencontre encore certains produits estampillés de l’ancienne charte, comme les gels douche, côtoyant ceux de la nouvelle. Et la transformation des magasins non plus n’est pas terminée. Mais on peut observer depuis un an à peu près ce que cela donnera, en se rendant à la boutique des Champs-Elysées. Grâce à des couleurs natures au service d’un design épuré (vert et blanc), l’image ringarde d’Yves Rocher a été balayée ! Et ça paie : depuis sa transformation ce point de vente a augmenté ses ventes de 25%.

La nouvelle enseigne du magasin YR des Champs Elysées

Ainsi dans l’enquête réalisée en ligne au mois de Mars par BVA au sujet de 50 marques auprès de 4028 consommateurs, Yves Rocher fait partie du trio de tête aux côtés d’Apple et de Danone. Conjuguant capital affectif et capacité à bouger, mais aussi à le faire savoir, Yves Rocher à tout compris !

Pour moi la marque atteint enfin une image d’expertise cosmétique, assurant des soins plus performants et ainsi une confiance renforcée auprès des consommateurs.

Cependant, si la boutique des Champs-Elysées a considérablement augmenté ses ventes, il est intéressant de se demander comment ont évolué les autres boutiques, arborant toujours l’ancienne charte.

*N°205 – 25/03/2010

Yannick Noah écoute sa nature

Bourjois lance en partenariat avec Yannick Noah la gamme Écoutes ta nature, des gels douches et soins éco-responsables pour toute la famille à des prix raisonnables.

Champion de tennis, chanteur et maintenant ambassadeur pour une marque de cosmétique ! « Yannick Noah, d’habitude distant par rapport aux nombreuses sollicitations des marques, était cette fois au départ de cette idée et souhaitait s’engager sur un projet à long terme » raconte au Figaro Eric Delannoy de l’agence Talents(Only), qui a lancé la marque Ecoutes ta nature pour Bourjois. « Nous avons donc travaillé avec lui sur la définition de la marque, sur la plate-forme de marque, sur le choix des produits, sur les décors et sur le nom de la marque».

Yannick Noah, engagé pour la planète dans ses actions comme ses chansons et aussi personnalité préférée des français, incarne parfaitement l’image que souhaite donner la marque.

Le concept pourrait se résumer en 3 mots : plaisir, famille et environnement. Le plaisir, ce sont les parfums (gel douches corps et cheveux énergisant, dépaysant ou réconfortant). La famille ce sont les formats « à partager », c’est même écrit sur le pack. Et l’environnement ce sont les conditionnements (400ml et même une version 800ml pour le gel douche réconfortant), avec en plus des recharges pour les gels douches – idée si simple et pourtant si peu utilisée chez les industriels de la cosmétique. Le côté environnement c’est aussi l’absence de parabène, de colorant, de silicone et de PEG, mais tout ça n’est plus original aujourd’hui. Les packs, de forme simple et au design enfantin style « dessines-moi un gel douche » participent à la création d’une image de marque sobre, sans superflu. Par contre il est bizarrement revendiqué « 1 ingrédient bio par formule ». Pas trop de bio permet de privilégier la sensorialité des parfums, mais dans ce cas à quoi sert d’avoir un seul ingrédient ? C’est là que le concept faiblit un peu, mais c’est le seul point. Car dans l’ensemble, l’idée est quand même bien ficelée !

  La gamme :

Crédit photo: Ecoute ta nature

Gel douches corps et cheveux (3 parfums / 400 ml / 4, 95 €), Gel douche réconfortant (800ml / 7,95 €), Recharges (400 ml / 3,95 €), Huile de douche respectueuse (400 ml / 5,95 €), Savon exfoliant et massant (125g / 3,95 €), Crème de soin nourrissante (pot 350ml), Lait hydratant fraicheur (300ml), Eau de soin tonifiante (300ml) 5,95 € chacun

Pour voir le film publicitaire avant sa diffusion le 7 Avril à la TV :

Pour voir l’interview pour le Figaro de Eric Delannoy, gérant-fondateur de l’agence indépendante Talents(Only) qui a réalisé le lancement de « Ecoute ta nature »: c’est par .

Catégories :Environnement, Soin Étiquettes : , ,

Sephora, la formation au cœur de la stratégie

Sephora l’a bien compris, pour fidéliser ses clientes mais aussi ses employés il est important de former ses équipes. Dans un entretien avec le Figaro, Philippe Canonne, le DRH de l’enseigne fait le bilan des actions de formations sur les équipes de vente.

Au départ, l’enseigne est partie du constat que le rôle du vendeur est crucial en magasin. L’objectif a alors été de former tout le personnel présent en point de vente (3800 personnes en France réparties dans 280 magasins). Les conseillères (en particulier les nouvelles) mais aussi les chefs de rayon et directeurs de magasins sont concernés par la formation. Pour cela, la chaîne de parfumerie a créé la Sephora University, son école de vente maison. Philippe Canonne en tire un bilan très positif puisque 1800 personnes ont pu être formées en un an d’existence avec un impact sur le turnover : il se situe à moins de 20% de la masse salariale, soit un taux raisonnable pour le retail.

Pour aller plus loin, la parfumerie a créé plusieurs niveaux de formations et en particulier le « cercle des experts » qui s’adresse à des conseillères triées sur le volet. L’objectif est de constituer un réseau de conseillères expérimentées, entretenant leur passion et assurant aux clientes un conseil d’exception, critère de différenciation de Sephora. A l’issu des 7 jours de formation en présence de spécialistes tels qu’un dermatologue, une journaliste, une consultante sur la communication comportementale et une formatrice, les conseillères auront renforcé leur expertise dans la dermo-beauté et l’accompagnement des clients. Sur le terrain on les repère grâce à un badge.

Cinq promotions soit environ soixante de personnes ont déjà pu bénéficier de cette formation à travers toute la France.

Pour voir la vidéo de l’interview de Philippe Canonne, DRH de Sephora, sur le site du Figaro, c’est par

Catégories :Distribution Étiquettes : , ,